DailyEuro

PERP : comment réussir la sortie de votre épargne retraite ?

Le perp est un produit d’épargne destiné à se constituer un certain patrimoine financier en vue de préparer sa retraite. C’est à votre entrée dans la retraite que vous commencerez à percevoir les fruits de votre compte épargne retraite populaire. Cependant, ce passage en phase de restitution de votre épargne peut se faire de deux manières : sot une partie en capital et une partie en rente, soit le tout sous la forme de rentes viagères.

La sortie du compte perp

Au cours de la période d’épargne, les versements effectués sur un compte perp, permet à son propriétaire de réaliser une certaine économie d’impôts. En effet, ces versements effectués sur ce compte sont déductibles de la partie imposable des revenus déclarés pour l’année précédant ces versements. Cette déduction se fait à hauteur de 10 % de ces revenus. L’épargne ainsi constituée n’est pas intégrée dans le calcul de l’SF ou impôt sur la fortune et échappe à la CSG ainsi qu’à la CRDS. En contrepartie de tous ces avantages, l’argent épargné sera bloqué durant toute la période de l’épargne et ne pourra être débloqué qu’à l’entrée à la retraite.
Cependant, il existe quelques situations exceptionnelles permettant le déblocage partiel ou anticipé de cette épargne. Ce sont les cas suivants :

- L’expiration du droit aux allocations chômage après un licenciement,
- Arrêt d’une activité non salariée suite à un ordre de liquidation judiciaire,
- Un état de surendettement prouvé,
- Décès du conjoint légal ou de celui pacsé,
- Un cas d’invalidité relevant de la troisième catégorie ne permettant pas de réaliser une activité professionnelle.

Il se révèle ainsi que les possibilités de percevoir le patrimoine constitué via le perp, sont très limitées. Ce qui porte un sacré coup à sa réputation en comparaison avec le compte d’épargne assurance-vie qui est plus souple.

A l’entrée en retraite, il est possible de demander à percevoir une partie ou la totalité du capital constitué si le propriétaire est le primo-accédant de sa résidence principale. Ce capital doit normalement être perçu sous la forme de rente viagère au propriétaire, et sous la forme de rente viagère avec annuités au bénéficiaire préalablement spécifié si le propriétaire vient à décéder.